English (United States) Français (France) Deutsch (Deutschland)
Vous êtes ici :   Sélection > Sélection 2014
  |  Connexion
Sélection 2014
Franck Bohbot
. East Broadway
. Chinatown, Manhattan, New York
. 2014
.
.
. Windows
. Chinatown, Manhattan, New York
.
.
.
. Enigma, Manhattan Bridge
. Chinatown, Manhattan, New York
. 2014
.
.
. Corner Elridge and Division
. Chinatown, Manhattan, New York
. 2014
.
.
. Madison Street
. Chinatown, Manhattan, New York
. 2014
.
.
Franck Bohbot consacre sa recherche artistique aux espaces publics et aux paysages urbains. Fasciné par l’iconographie cinématographique, il centre sa création autour du rapport entre l'individu et l'architecture. Dans cette série Franck Bohbot a prie le contre pied du cliché du "Chinatown" animé Ici pas de bruits, pas de livraisons, ni de rues animés, ou de touristes le silence et l'architecture du Lower East Side sont rois. A mi-chemin entre poésie et décors cinématographiques de science fiction, il a réalisé une série nocturne du quartier vidés de leur activité, de leurs habitants avec comme décor New York. Il en découle un voyage énigmatique, créant un univers pictural et quasi fantastique en pleine nuit.
Sebastián Conejo
. Mosques
. Barcelona (Spain)
. 2006/2012
. Comunidad Musulmana de Badalona
.no name
. Mosques
. Barcelona (Spain)
. 2006/2012
. Cmunidad Islámica Al Huda de Mollet Del Vallés
.no nama
. Mosques
. Barcelona (Spain)
. 2006/2012
. Comunidad Musulmana Al Huda de L´Hospitalet De Llobregat
.no name
. Mosques
. Barcelona (Spain)
. 2006/2012
. Comunidad Islámica de Mollet Del Vallés
.no name
. Mosques
. Barcelona (Spain)
. 2006/2012
. Comunidad Islámica de Castelldefels
.no name
MOSQUES Mosques" is the name of a projet which has as its goal the photographic documentation of some of the approximately 500 mosques existing all over Spain. Most of then are small and have nothing in common with the idea that we have of a mosque as a splendid piece of architecture. Their rapid proliferation took place within the past few years as a response to the needs of a considerable number of muslim inmigrants. This was the reason why the mosques opened mostly in places that are not quite suitable for such purpose, such as former shops , factories and garages. Although small in size, they have turned into important centres of socialization which is essential for the development of the islamic culture.
Sebastian Forkarth
.
. Sulaymania
. 2014
.
.
.
. Dortmund
. 2013
.
.
.
. Dortmund
. 2013
.
.
.
. Dortmund
. 2013
.
.
.
. Erbil
. 2014
.
.
Die Fotografien zeigen Bauwerke die sich im Prozess der Entstehung und Transformation befinden. Dabei kaschiert Farbe als oberflächlicher Auftrag die ursprüngliche Materialität des Gebäudes um auf diese Weise einen attraktiven Lebensraum zu schaffen. Dieser Auftrag gleicht einer Hülle die sich über die Bausubstanz legt und ihr so den Eindruck der Vollendung verleiht.
Roger Frei
. "Composition avec bleu"
. CH - Bale
. 2013
. InkJet Fine Art Print / 150 x 282 cm
.
. "Composition avec six couleurs"
. CH - Zurich
. 2013
. InkJet Fine Art Print / 150 x 207 cm
.
. "Composition avec jaune"
. CH - Berne
. 2013
. InkJet Fine Art Print / 150 x 202 cm
.
. "Composition avec jaune"
. CH - Bale
. 2013
. InkJet Fine Art Print / 150 x 200 cm
.
. "Composition avec dix couleurs (No1)"
. D - Berlin
. 2014
. InkJet Fine Art Print / 150 x 204 cm
.
Un assemblage de ruches multicolores ? Une accumulation de boîtes aux lettres dans un immeuble ? Une photographie ancrée dans la tradition de l’art sériel ? Ou bien une partition annotée par Alexandre Scriabine selon le modèle du clavier synesthésique ? Les premières associations qui viennent à l’esprit à la contemplation de l’œuvre Komposition mit Blau ou de l’une de ses variations ne sont pas si éloignées de la réalité. Dans leur contenu, les photographies capturent en effet des « colonies d’habitation ». Du point de vue technique, elles procèdent de L’œuvre d’art à l’époque de la reproductibilité technique. Et sous l’angle de l’optique, elles oscillent en rythme entre l’entrain et la monotonie. Mais elles sont toujours traversées de syncopes. Depuis le début de l’année 2013, Roger Frei « habite » les grands ensembles résidentiels – au sens propre comme au figuré. En effet, il est à la recherche du sentiment de chez-soi dans les constructions de logements à grande échelle considérées comme des lieux d’habitation anonymes. Les objets rattachés au principe du fonctionnalisme tels que les réalisations – considérées comme exemplaires – de l’architecture suisse actuelle et des classiques de l’architecture moderne sont également dans sa ligne de mire. Il a parcouru leurs paliers de manière systématique, étage par étage ; il a photographié les murs de leurs couloirs à intervalles réguliers et a ensuite réalisé un montage numérique des clichés sous forme de collages de façon à ce qu’ils s’agglomèrent en une composition sérielle et illustrent ainsi la construction en série des bâtiments. Émerge alors une « vue en coupe virtuelle » du bâtiment que l’on interpréterait presque comme une combinaison de Splitting de Gordon Matta-Clark (1974) et d’Every Building on the Sunset Strip d’Ed Ruscha (1965). Alors que Matta-Clark met en lumière l’espace intime, Ruscha reproduit la partie publique des édifices. Le champ d’action de Frei se situe quant à lui à la frontière entre public et privé – certes à l’intérieur des bâtiments, mais à l’extérieur des appartements. Chez Frei, à la différence de Matta-Clark et d’Ed Ruscha, l’aspect figuratif est presque entièrement supplanté par le caractère sériel, c’est pourquoi les photographies rappellent également « l’ornementation abstraite » de Kirchenfenster de Gerhard Richter (2006) et Gewobener Teppich de Gertrud Arndt (1927). Et pourtant, il ne s’agit pas d’abstraction pure. C’est comme si de petits défauts, qui irritent d’abord l’œil puis captivent le regard, s’étaient glissés çà et là dans l’image : ce sont les syncopes évoquées plus haut. Celles-ci se révèlent être des objets du quotidien qui – comme s’ils s’étaient glissés là par hasard – s’apparentent aux « objets trouvés » : une poussette, une planche à roulettes, une plante verte, un parapluie, un tableau. Ils racontent quelque chose sur les personnes qui habitent derrière les portes closes. Sans voyeurisme, les photographies sortent ces personnes de l’anonymat. Elles racontent leur vie quotidienne de manière concise. Contrastant avec le rythme du staccato, Roger Frei leur restitue leur individualité. On découvre également que la porte d’un ascenseur est ouverte ici ou là. Les surfaces réfléchissantes de la cabine de l’ascenseur créent une profondeur qui attire le regard du point de vue formel. C’est une ouverture sur une couche encore plus profonde de l’intimité. On a l’impression que l’œil va pouvoir pénétrer l’intérieur – aussi bien de l’habitation que de la photographie – et observer une autre réalité au-delà de l’image…
Sylvain Heraud
. Bersabée I, Les demeures invisibles
. France
. 2014
.
.
. Bersabée II, Les demeures invisibles
. Italie
. 2014
.
.
. Bersabée III, Les demeures invisibles
. Italie
. 2013
.
.
. Bersabée IV, Les demeures invisibles
. Italie
. 2014
.
.
. Bersabée V, Les demeures invisibles
. Bulgarie
. 2012
.
.
Les Demeures Invisibles, La série de photographies s'inspire du récit de la ville imaginaire de Bersabée, décrite par Italo Calvino dans son livre Les Villes Invisibles. Ses habitants sont obsédés par une ville céleste qu’ils imaginent étincelante. En parallèle existerait également une Bersabée souterraine ayant sombré dans la décadence. Les photographies incarnent des demeures abandonnées de la Bersabée d'en bas. Leurs architectures renvoient ainsi à la magnificence des palais flamboyants de la ville céleste. En revanche leurs textures évoluent à travers le temps : certaines couleurs s'effacent quand d'autres teintes apparaissent. A la Bersabée d'en bas, les demeures évoluent au rythme des jeux de couleurs.
Christophe Spiesser
. Abandonnée
. Islande
. 2011
.
.
. Bergerie
. Islande
. 2011
.
.
. Geothermie
. Islande
. 2011
.
.
. Decheterie
. Groenland
. 2013
.
.
. Pêche
. Groenland
. 2013
.
.
Perdues dans la lande nordique, des bâtisses isolées exposent leurs couleurs au milieu de l’immensité tels de frêles coquelicots dans la monotonie d'un champ de blé. Il est possible d’y distinguer un bestiaire immobilier nordique. Démarrons avec une maison islandaise abandonnée depuis bien longtemps par ses propriétaires (01). L’urbanisation est galopante au pays des glaces puisque Reykjavik, ne cesse d’attirer les résidents de l’île. Certains continuent pourtant à élever des moutons entre les fjords (02). A l’intérieur des Terres, la géothermie permet de tirer de substantiels revenus de la Terre. En découlent des igloos de plastique plantés dans le décor (03). Au Groenland, les villages de la côte Ouest, uniquement reliés à la civilisation par voie maritime doivent affronter de sérieux problèmes de gestion des déchets. A l’écart des bourgs, les centres se retrouvent posés en pleine nature (04) à l’image des abris de pêcheurs à la recherche d’un calme total (05).
Christophe Caudroy
.
. Hong-Kong
. 2010
. Robinson Road
.
.
. Hong-Kong
. 2012
.
.
.
. Hong-Kong
. 2012
. International Finance Center
.César Pelli & Association Architects
.
. Hong-Kong
. 2012
.
.
.
. Hong-Kong
. 2012
. Tseung Kwan O Chinese Permanent Cemetery
.
À Hong Kong, la hauteur des bâtiments, le nombre d’habitants, la ligne d’horizon, rien n’est figé. La physionomie de la ville évolue en permanence au fil des nouvelles constructions, des nouvelles infrastructures, ne cessant de grignoter terres, collines, mer, redessinant la carte du territoire.C’est une répétition de masses, d’horizons découpés, tour à tour menaçants et fascinants. L’humain semble perdu, hors d’échelle dans une ville trop grande pour lui, pour son individualité. Il n’est envisagé qu’en flux de circulation, densité d'habitations. Pourtant il s’adapte, invente des raccourcis, des passages, des espaces de détente, de résistance, tout comme la nature, il se faufile dans les interstices que la cité n’a pas encore grignotés.
BRUNO FONTANA
.
. NOISIEL
. 2014
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Les couleurs de la cité Menier La construction de la cité Menier de Noisiel s'est achevée en 1900. En 1963, l'usine en liquidation, cède les logements à un promoteur qui les vend à l'unité. Depuis, les nouveaux propriétaires se sont appropriés leur habitat en apportant des modifications personnelles. Ce besoin d'appropriation, répondant à des choix culturels et économiques a progressivement modifié le visage de la cité. Depuis 2000, une révision du plan d'occupation des sols a été créée pour répondre au besoin de préservation de ce patrimoine. Dans ma démarche photographique, j'ai souhaité confronter l'aspect actuel de la cité au règlement de Mars 2000. Il subsiste un curieux paradoxe : le choix d'habiter une cité aux maisons semblables et ce besoin de rendre notre habitat unique.
Alnis Stakle
. Work from series "Shangri-La"
. Shanghai, China
. 2013
.
.
. Work from series "Shangri-La"
. Shenzhen, China
. 2014
.
.
. Work from series "Shangri-La"
. Hangzhou, China
. 2014
.
.
. Work from series "Shangri-La"
. Hangzhou, China
. 2014
.
.
. Work from series "Shangri-La"
. Shenzhen, China
. 2014
.
.
In contemporary China, cities populated by millions have become a magnetic promised land for hordes of gold-diggers and aspiring wannabes from rural areas. This series focuses on China’s hot zone of economic activity, exploring contemporary cityscape transformations in Shanghai, Suzhou, Hangzhou, Shenzhen and Guangzhou. Special attention is paid to territories with semi-cleared old buildings in preparation for construction of new skyscraper precincts. At night, the cityscape reveals how urban planning, housing, tearing down and construction transpire on an apocalyptic scale, which is particularly fascinating in view of the fact that semi-cleared buildings continue to be inhabited.
Guillaume ROMERO
.
. Strasbourg Alsace
. 2013
. Serre à culture
.
.
. Oye-Plage Nord
. 2014
. Bunker-clocher d'église 1942
.
.
. Elouges Belgique
. 2014
. Charbonnage
.
.
. La Couture Nord
. 2014
. Site agricole
.
.
. Tourcoing Nord
. 2014
. Site ancienne filature
.
Après la région alsacienne, le Nord-Pas-De-Calais est le nouveau territoire d’exploration photographique de Guillaume Romero. L’artiste a fait le choix de se déplacer uniquement la nuit en portant un regard sur la ville telle un « décor de cinéma ». Tout en constituant un répertoire des différentes architectures et constructions, il insiste sur l’importance des prises de vues nocturnes, sur les ombres, les contrastes et les températures de couleurs… Le jeune photographe fait état d’une région marquée par la désindustrialisation et la II° Guerre Mondiale. "L’Habitable inhabité" dévoile un patrimoine urbain témoignant de notre Histoire avec au premier plan la notion de « banal » …
Camille Kerzerho
. Le casino
. Oostende, Belgique
. 2014
. Casino-Kursaal
.Léon Stynen
. La façade
. Koksijde, Belgique
. 2014
. 21
.L.H Sorée et P.L Hanotte
. King Beach
. Blankenberge, Belgique
. 2014
. King Beach
.
. Le carré
. Middelkerke, Belgique
. 2014
. Résidence Carlton
.Georges Boutelier
. La maison rouge
. Middelkerke, Belgique
. 2014
. Residentie De Surfers
.Architektenbureau Allaert & Lanssens
La côte belge est réputée pour ses nombreuses stations balnéaires, et durant la période estivale, devient le territoire de prédilection d'une horde de vacanciers. En longeant la côte, la lignée de bâtiments massifs, érigée comme ressortant des profondeurs, étonne. Une partie de l'architecture de ces villes côtières est directement liée à l'activité touristique et résulte du tourisme de masse des années 1970. Ce phénomène a donné naissance à de nombreux édifices imposants, dont de hauts immeubles résidentiels sur le littoral, face à la mer. Cette hauteur qui contraste avec le plat pays, fait désormais partie intégrante du paysage, un paysage à mi-chemin entre la douceur de sa nature originelle et la rigidité de ces murs en béton.
antoine bruy
. Chambre #4
. Suisse - Genève
. 2011
. N/A
.N/A
. Chambre #1
. Suisse - Lausanne
. 2011
. N/A
.N/A
. Chambre #5
. Suisse - Genève
. 2011
. N/A
.N/A
. Chambre #3
. Suisse - Lausanne
. 2011
. N/A
.N/A
. Chambre #2
. Suisse - Lausanne
. 2011
. N/A
.N/A
Staged Desires est le titre d’une série consacrée aux salons de massages, terme ambigu et politiquement correct qui prête souvent à confusion pour désigner ce que l’on nomme plus communément les maisons closes. Adoptant une démarche de style documentaire, j’ai choisi de photographier les chambres vides de toute présence humaine. Ce travail m’a propulsé dans la peau d’un photographe sociologue qui aurait pour seule exigence une approche "scientifique" et systématique. Dans ces images le kitsch est à son comble et viennent défaire un cliché largement répandu à propos de la prostitution en nous donnant à voir des chambres d'une propreté stérile où des hommes en manque d’amour et de sexe viennent s’abandonner l’espace d’un quart heure.
emmanuel georges
. ryan sheridan
. sheridan, wyoming, usa
. 2010
.
.
. hubstore
. louisville, kentucky
. 2011
.
.
. whisky corner
. louisville, kentucky
. 2011
.
.
. Hood Furniture
. Pine Bluff, Arkansas
. 2011
.
.
. yellow corner
. Minot, North Dakota
. 2010
.
.
Les 5 images proposées sont extraites d'une série plus large autour du paysage urbain des régions les plus reculées des USA. Mon propos est de recenser les restes du rêve américain autant pour la dimension testimoniale d'une époque révolue que pour la dimension plastique du sujet. Parmi les ingrédients notables de l'architecture des bâtiments photographiés, la couleur en est un déterminant. Elle participe à donner un signe d'appel à peu de frais et apporte un caractère aux volumes souvent simplissimes. Le choix de la chambre 4x5” répond quelques décennies plus tard, à la technique des photographes américains qui photographiaient ce paysage en construction. Un process similaire, sur un objet similaire, à deux époques différentes.
helene veilleux
. 38e parallèle nord
. Pyongyang - Corée du Nord - DPRK
. 2014
. Stade
.Unknown
. 38e parallèle nord
. Pyongyang - Corée du Nord - DPRK
. 2014
. Arc de triomphe de Kim Il-sung
.Unknown
. 38e parallèle nord
. Pyongyang - Corée du Nord - DPRK
. 2014
. Unknown
.Unknown
. 38e parallèle nord
. Pyongyang - Corée du Nord - DPRK
. 2014
. Unknown
.Unknown
. 38e parallèle nord
. Pyongyang - Corée du Nord - DPRK
. 2014
. Unknown
.Unknown
Bonjour, Je me permets de vous présenter une série réalisée il y à peu en Corée du Nord # Serie : 38e parallèle nord ouriste. Front collé contre la vitre du bus, les yeux grands ouverts pour capter chaque parcelle de la ville qui défile. Cramponnée à mon appareil photo, accumulant compulsivement des images de cartes postales avec le secret espoir de confronter enfin la réalité de cette capitale nichée au delà du 38e parallèle nord avec la somme des images, rumeurs et fantasmes qui m habitent. Mais je ne suis qu’une touriste, et déjà le bus repart …. Cordialement helene veilleux http://ladentdeloeil.net/
Thomas Jorion
. Eglise & couvent ordre Carmélite - Vers 1919
. Phnom Penh, Cambodge
. 2013
. Eglise & couvent de l'ordre Carmélite
.Inconnus
. Abattoirs - 1922
. Casablanca, Maroc
. 2014
. Batiment principal
.Georges-Ernest Desmarest
. Bagne St Joseph - Vers 1860
. Bagne de Guyane, île Saint Joseph, Guyane Française
. 2013
. Batiment administratif
.Inconnus
. Cité ouvrière Cosumar - 1932
. Casablanca, Maroc
. 2014
. Cité ouvrière Cosumar
.Edmond Brion
. Gare - vers 1960
. Kampot, Cambodge
. 2013
. Gare férrovière
.Inconnus
Cette sélection de photographies est issue d'une série inédite traitant de l'architecture Française outre-mer, intitulée "Vestiges d'empire". Un élément majeur et constitutif de cette série est l’omniprésence de la couleur. Elle rejoint donc tout naturellement le thème de l’édition 2014 du concours « Les couleurs de l’architecture ». Dans mon cas, il est passionnant d’aborder l’architecture par le biais de la couleur. En effet pour ma série, elle est le reflet du devenir du bâtiment. Abandonné, il se part de nouvelles couleurs – Bleu – comme les murs du Bagne St Joseph. Toujours actif, il est repeins – Rouge – comme la cité ouvrière Cosumar. En attente d’affectation, ses couleurs s’estompent – Jaune – pour les abattoirs de Casablanca.
Pierre Folk
.
. Paris 18e arrondissement
. 2013
. Petite ceinture de Paris
.
.
. Paris 14e arrondissement
. 2012
. Petite ceinture de Paris
.
.
. Paris 12e arrondissement
. 2013
. Petite ceinture de Paris
.
.
. Paris 18e arrondissement
. 2011
. Petite ceinture de Paris
.
.
. Paris 16e arrondissement
. 2014
. Petite ceinture de Paris
.
Mes travaux s’élaborent dans le champ de la société humaine en proposant une réflexion globale quant aux rapport entre la civilisation et son environnement matériel, au travers de récits visuels ponctuels dans le temps comme dans l'espace. By the Silent line traite de la petite ceinture, une voie de chemin de fer désuète entourant Paris. Effectué de 2011 à 2014, ce travail aborde la notion de temporalité au travers la relation que notre société entretient avec ses révolutions industrielles et technologiques. Il cherche à décrire notre tendance en tant qu’espèce à changer de paradigme – presque instantanément au regard de notre histoire - indépendamment de toute considération de gaspillage.
Zacharie Gaudrillot-Roy
. Façades 3 - 01
. en périphérie de Lyon
. 2013
.
.
. Façades 3 - 02
. en périphérie de Lyon
. 2013
.
.
. Façades 3 - 05
. en périphérie de Lyon
. 2013
.
.
. Façades 3 - 04
. Lyon
. 2013
.
.
. Façades 3 - 06
. en périphérie de Lyon
. 2013
.
.
La façade est la première chose que l'on voit, c'est la surface d'un bâtiment. Elle peut être imposante, superficielle, ou encore évoquer une certaine sécurité urbaine. Ici, je me suis intéressé à cette surface architecturale à travers des bâtiments dont la façade est éclairée par un ou plusieurs lampadaires, de nuit, intensifiant l'idée de décor urbain. Artificiel ? Pas uniquement à mon sens. La lumière qui éclaire ces bâtiments force à s'intéresser à l'architecture et ce qu'elle abrite, et le fait de ne faire ressortir que la façade par l'utilisation de l'outil numérique est pour moi une volonté de ne montrer que cette surface, cette première vision amenant à s'intéresser au sujet, poussant à la curiosité.
Christophe Joset
. Le refuge des couleurs vives 1
. Berne
. 2011
.
.
. Le refuge des couleurs vives 2
.
. 2011
.
.
. Le refuge des couleurs vives 3
.
. 2011
.
.
. Le refuge des couleurs vives 4
.
. 2011
.
.
. Le refuge des couleurs vives 5
.
. 2011
.
.
Le refuge des couleurs vives En Suisse, les règlements communaux d’urbanisme interdisent généralement de peindre les façades extérieures avec des enduits de couleur vive. Je suis parti à la recherche de ces couleurs, qui, en Suisse comme dans bien d’autres pays occidentaux, se réfugient, par petites touches, dans des lieux où elles ne sont pas trop exposées. Les parkings couverts, passages sous voies, ou zones industrielles excentrées, où je n’ai rencontré que des silhouettes fantomatiques, semblent être leurs terres d’exils favorites. Il m’a paru d’autant plus intéressant de travailler sur ces couleurs, qu’elles me semblent subir le même sort dans la photographie contemporaine.